Le conflit d'intérêts

Une situation à gérer

Remplir une déclaration de conflits d’intérêts pour présenter ou publier ses résultats de recherche est devenu la norme pour tout chercheur. En effet, tout scientifique se doit aujourd’hui d’être proactif dans ce domaine afin de gérer les risques liés au conflit d’intérêts. Pourtant, rien qu’à l’évoquer, ce sujet génère le malaise. Pourquoi ?

D’ailleurs, qu’est-ce qu’un conflit d’intérêts, au juste ? En quoi la déclaration de conflit d’intérêts est-elle bénéfique pour la recherche ? Chargé de proposer une démarche et des outils aux chercheurs en matière de bonnes pratiques, le bureau qualité recherche de la PMU et du DUMSC a  organisé un symposium sur cette thématique, jeudi 5 février 2015. Cet événement a réuni des spécialistes de cette problématique, exerçant dans le domaine de la recherche clinique, du droit, et de l’éthique :

  • Prof. Jacques Cornuz, directeur et médecin chef (PMU),
  • Me Odile Pelet, avocate au bareau, Dre en droit de la santé et spécialiste FSA,
  • Prof. Samia Hurst, professeure associée à Institut Ethique Histoire et Humanités (UniGE),
  • Dre Gaïa Barazzetti, philosophe, responsable de recherche à l'Unité d’éthique (CHUV),
  • Prof. Vincent Mooser, professeur ordinaire et Vice-doyen pour la recherche clinique, Faculté de biologie et de médecine (UNIL),
  • Prof. Patrick Francioli, président de la Commission cantonale d'éthique de la recherche sur l'être humain (VD).

Ces orateurs ont défini les situations à risque et problématisé les enjeux des conflits d’intérêts. Ils ont également débattu des conditions nécessaires pour permettre aux chercheurs de maintenir leur intégrité scientifique dans un contexte de partenariat avec des financeurs privés.

Compte rendu du symposium

Feuille d'information