Programme SPAM - Swiss Primary Care Active Monitoring

Recherche sur le système de santé 

La médecine de famille est en pleine évolution en Suisse comme dans de nombreux autres pays. Face aux changements importants annoncés (complexification de la pratique médicale, flexibilité du temps de travail, vieillissement de la population,...), il est primordial de posséder un instrument de monitorage afin de rendre compte du fonctionnement et de l’évolution de la médecine de famille.

logo SPAM
Partenaires/Collaborations
PARTENAIRES DU PROGRAMME SPAM
Institut universitaire de médecine de famille (IUMF)
Observatoire suisse de la santé (Obsan)
Office fédéral de la santé publique (OFSP)
Association suisse de médecins de famille et de l’enfance (MFE)
Société suisse de médecine interne générale (SSMI)

COLLABORATIONS SCIENTIFIQUES
Institut universitaire de médecine sociale et préventive (IUMSP, Lausanne)
Bureau of Health information (Sydney, Australie)
Université de Sherbrooke (Québec, Canada)
IRDES (Paris, France)
Responsable

Le programme SPAM (Swiss Primary Care Active Monitoring) vise à améliorer la compréhension du fonctionnement de la médecine de famille en Suisse.

Il s’agit d’un projet indépendant mené par la PMU et soutenu par les principales associations médicales (MFE et SSMI). Le projet européen PHAMEU (Primary Health Care Activity Monitor for Europe) réalisé en 2010 a en effet montré que les indicateurs à un niveau international sont insuffisants pour décrire le système de santé centré sur la MF en Suisse, d’où la nécessité de créer un outil adapté au contexte helvétique, tout en maintenant une comparabilité avec  les données internationales.

Le programme SPAM a le potentiel de fournir des informations utiles pour les professionnels de santé, la population et les autorités sanitaires afin de mieux comprendre le fonctionnement de la médecine de famille et d'identifier éventuellement des voies d’amélioration de la qualité des soins.

Les indicateurs et les données

Ce système de monitorage est composé d’indicateurs permettant de décrire son fonctionnement, axé sur la prise en charge des patients, la qualité et l’effectivité des soins.

Les données sont récoltées via des statistiques et des bases de données existantes ainsi que grâce à des travaux de master. En outre, la création d’un réseau de 200 médecins de premier recours ad hoc (réseau SPAM) permettra de collecter des données inexistantes ou inaccessibles. Ces médecins qui font partie de MFE-Suisse (Association de médecins de famille et de l'enfance) ou de SSMI (Société suisse de médecine interne générale) seront sollicités 1 ou 2 fois par année pour des enquêtes en rapport avec le fonctionnement de leur cabinet et la santé de leurs patients.

Le projet SPAM sera progressivement étoffé par de nouveaux indicateurs et fera l’objet régulièrement de publications d’articles scientifiques et de rapports nationaux.

Le groupe d'experts

Le groupe d’experts est composé de 24 représentants d’organismes ayant une expertise particulière dans le domaine de la médecine de premier recours au niveau national. Ce groupe a pour principale fonction de veiller à la pertinence de l’outil de monitorage ainsi que la validation des indicateurs.

organisation programme spam

Chercheurs associés

  • Dr Christine Cohidon, MD, PhD, cheffe de clinique
  • Dr Sonja Ebert, MD, MAS, cheffe de clinique adjointe, PhD Fellow
  • Dr Kevin Selby, MD, chef de clinique adjoint

Collaboratrices

  • Priska Birrer, infirmière

Secrétariat

Céline Braconnier
Tél. +41 21 314 65 49
Rue du Bugnon 44
1011 Lausanne

Groupe de recherche
Institut universitaire de médecine de famille

Axe de recherche
Système de santé et rôle du médecin de famille
Démarches diagnostiques